En France, cette sécheresse 2022 est d’une ampleur exceptionnelle et désorganise de nombreux acteurs économiques du territoire.

À Abidos dans les Pyrénées-Atlantiques, les salariés du groupe Toray, fabricant de fibres de carbone ont exercé leur droit de retrait du fait d’une température atteignant plus de 60°C sur certains postes de travail. 

Du côté des centrales nucléaires, à cause de la chaleur et de la sécheresse historique, certaines ont été obligées d’abaisser leur production d’électricité. Cinq centrales nucléaires françaises ont obtenu une dérogation pour poursuivre le rejet de leurs eaux de refroidissement, ce qui fait peser un risque certain sur la faune et la flore aquatique. 

Solution pour l’avenir ? Privilégier le bord de mer pour l’implantation de futures centrales, le problème étant qu’il va s’avérer difficile de trouver des sites disponibles.

Cet été est d’ores et déjà le plus sec depuis 1961. Il est prévu que d’ici les 20 prochaines années les fleuves vont baisser de 10 à 20 % et les eaux souterraines de 20 à 30 %.

Dans l’est de la France, les péniches évoluant sur le Rhin ne peuvent charger qu’un tiers de la marchandise habituelle, afin de ne pas toucher le fond. Cela fait augmenter le coût du transport. Cela a  pour conséquence l’explosion des prix du fret fluvial d’autant plus impacté par la stratégie allemande de diversification énergétique qui consiste à se passer du gaz russe en renforçant la consommation et donc le transport de charbon par le fluvial.

Les plus grandes entreprises allemandes ont déjà prévenu que de fortes perturbations du trafic fluvial pourraient porter un nouveau coup à une économie nationale déjà en proie à des difficultés logistiques.

Consommation d’eau dans l’industrie

L’industrie représente 2,5 milliards de mètres cubes d’eau, soit 9 % des prélèvements. Ces prélèvements par l’industrie ont évolué dans le temps. Selon un rapport du ministère de la Transition écologique, dans les années 2000, les prélèvements d’eau de l’industrie s’élevaient à 3,6 milliards de m3 par an. L’industrie a donc réduit d’un tiers ses ponctions.

Les industries les plus consommatrices d’eau sont les industries chimiques (pétrochimie, phytosanitaire, pharmaceutique, oléochimie…), la papeterie (il faut 40.000 litres pour une tonne de papier).


La métallurgie (il faut 300 à 600 litres d’eau pour produire un kilogramme d’acier), l’industrie agroalimentaire (il faut 300 à 400 litres d’eau pour produire 1 kilogramme de sucre) ainsi que la fonderie et la sidérurgie. 

Autres exemples : La réalisation d’une puce d’ordinateur nécessite 32 litres d’eau. La construction d’une voiture représente 30.000 litres.

La consommation d’eau dans l’industrie continue de faire l’objet de réflexions pour la mise en œuvre de réductions de la consommation, de recyclage ou de stockage pendant les mois pluvieux d’hiver. 

La réglementation fait parfois obstacle, notamment dans l’industrie agroalimentaire, à la réduction de la consommation d’eau, en interdisant les eaux usées recyclées et en imposant l’eau potable pour des raisons sanitaires.

Les Agences de l’eau ( il y en a 7 en France, couvrant tout le territoire) peuvent conseiller et accompagner les entreprises dans leurs projets de réduction de consommation en eau. Sur le bassin Seine Normandie, en 2019, par exemple,  3.9 millions de m3 d’eau ont été économisés ou substitués grâce aux projets soutenus par l’agence de l’eau Seine Normandie et 57% de ces volumes économisés proviennent d’actions conduites par les entreprises…

 Quelques chiffes sur la consommation de l’eau en France

  • Un français consomme en moyenne 149 l d’eau par personne et par jour
  • 1,5 l d’eau du robinet est utilisée pour être bue par jour.
  • 9 l d’eau sont utilisés pour faire la cuisine chaque jour
  • Une douche de quatre à cinq minutes consomme entre 30 et 80 l d’eau
  • Pour un bain il faudra compter entre 150 et 200 litres d’eau
  • Faire tourner la machine à laver consomme en moyenne 50 l d’eau
  • Un cycle de lave-vaisselle consomme en moyenne 14 l d’eau
  • Tirer la chasse d’eau consomme entre 3 et 6 l d’eau à chaque fois
  • Remplir une piscine il faudra compter entre 50 000 et 80 000 l d’eau en moyenne

Avec leur consommation d’eau, les français se situent dans la moyenne des pays occidentaux. Américains, Australiens, Suisses et Japonais sont les plus gros consommateurs d’eau avec 250 l par jour et par habitant pour une consommation domestique.

En revanche, en Afrique Subsaharienne, la consommation d’eau est de 10 à 20 litres par personne et par jour.

Pour l’OMS il faut un minimum de 20 litres d’eau par jour et par personne pour subvenir aux besoins fondamentaux afin de s’hydrater et de se laver. 

Idéalement, il faut compter 50 litres par jour et par personne pour vivre décemment et pour un réel confort, il faudrait au moins 100 litres par jour et par personne.

Un objectif de 100 litres d’eau potable serait bien plus atteignable pour un français grâce à quelques bonnes pratiques quotidiennes afin d’éviter le gaspillage, cela pourrait être, par exemple, en abandonnant l’utilisation d’eau potable pour les chasse-d’eau ou en adoptant le réflexe du recueillir et de stocker l’eau de pluie pour arroser son jardin.